Votre assiette et le zéro déchet (partie 1)

Qu’on le veuille ou non, tous nos achats ont des répercussions sur notre empreinte environnementale. C’est d’ailleurs le cas avec nos aliments. Nous avons le choix de mettre à peu près tout ce que nous voulons dans notre assiette, été comme hiver. Pourtant, manger ce que nous désirons est un luxe dont nous devrions nous départir lorsque les épiceries nous présentent nos aliments emballés inutilement.

Comme le dit si bien cette lettre ouverte parue en novembre dernier dans La Presse: L’ignorance n’est plus un luxe que nous pouvons nous permettre.

Exit les emballages!

Avez-vous déjà pris le temps d’observer le contenu de votre panier d’épicerie? Est-ce normal que votre pied de céléri, votre tête de brocoli, vos poivrons, etc., soient si difficiles à acheter sans être emballés dans des sacs de plastique ou des filets non recyclables? Pire encore, pour le peu des aliments frais étant présentés sans emballages, on met à votre disposition de petits sacs (franchement difficiles à ouvrir, et, eux aussi, non recyclables) pour y mettre vos provisions. Quelle ironie! Pas moyen d’acheter poisson et viande sans l’éternel contenant de styromousse recouvert d’une pellicule de plastique.

Il est trop facile de nous dire que ce que nous achetons et, surtout, ce que nous jetons est moins pire que le voisin. Quelle complaisance de regarder notre sac de recyclage et de nous dire: je suis pro-environnement! Je recycle, donc je suis un humain irréprochable. J’exagère, à peine.

Depuis un an, non pas parce que le #zerodechet est une mode, mais bien parce qu’il est temps d’agir et de laisser notre paresse de côté, je fais l’épicerie écoconscientisée. Revenir à la maison avec le moins de produits suremballés, voire sans emballage, demeure un défi auquel je dois m’accrocher. La facilité est partout.

Il suffit d’essayer

Choisir de se nourrir en évitant de produire des déchets nécessite une préparation. Vous ne pouvez pas vous rendre à l’épicerie les mains vides. Je ne réinventerai pas la roue en vous partageant mes conseils, car ce sujet a été, maintes fois abordés sur les Internet. Par contre, vous partager ma façon de faire saura, je l’espère, en inspirer quelques-uns à changer leurs habitudes.

  • Sacs d’épicerie réutilisables

Je ne vous parle pas ici des sacs qu’on retrouve partout aux caisses des supermarchés. Ceux-ci sont bien ancrés dans nos habitudes (du moins, je l’espère!). Je vous parle de sacs qui peuvent remplacer ceux dont vous vous servez pour mettre vos fruits et légumes.

Je vous suggère ici des compagnies québécoises. J’adore leurs produits. Ils sont lavables à la machine, beaux et durables.

Pour les légumes, les fruits, etc.: SAKSAC

win_20170212_14_01_19_pro_li
Sacs réutilisables SAKSAC

Pour le vrac et le pain: Dans le sac, Marie fil

J’aborde ici la suggestion des sacs à vrac, façon d’acheter qui sera un sujet abordé dans un autre billet. De plus, vous pourrez constater que le pain fait partie de mes choix zéro déchet. J’ai arrêté d’acheter du pain à l’épicerie, il y a de cela quelques semaines. J’encourage les boulangers locaux, je mange des pains faits de farine non transformée et, en prime, les employés sont super heureux de me voir avec mes sacs. Joie!

win_20170212_13_59_35_pro_li
Sac à pain Marie fil
  • Plats

Mettre vos fruits et légumes dans un sac réutilisable est une chose, mais acheter votre viande et votre poisson sans styromousse en est une autre.

Apportez vos plats refermables de la maison. La plupart des marchés acceptent volontiers de prendre vos plats. La personne derrière le comptoir pèse votre plat, puis y met ce que vous avez demandé. C’est tout, c’est simple. Un autre avantage à cela : vous achèterez selon vos besoins et non selon une quantité, souvent exagérée, imposée.

Et si on refuse vos plats? Visitez vos marchands locaux. Ils font partie de la solution zéro déchet, et, en plus, vous encouragez l’économie locale.

  • À la maison

Une fois à la maison, que faites-vous lorsqu’il est temps de préparer les lunchs? Êtes-vous encore adeptes des fameux sacs Ziploc? Il faut cesser d’utiliser des sacs à usage unique.

Pour vos collations et sandwichs: Lunitouti, Maman tu déchires, La fabrik éco.

win_20170212_14_00_06_pro_li
Sac à collation Maman tu déchires

La proximité, un avantage

Je suis choyée d’habiter un quartier où la proximité et la variété des marchés m’encouragent à faire mes courses à pied. Je me suis même acheté un chariot, chose que j’associais aux aînés (je m’en excuse!) auparavant. Je n’ai que du plaisir à trimballer mon chariot. Quand j’y pense, je me dis que la voiture nous rend paresseux. Si l’épicerie est à moins d’un kilomètre de votre domicile, vous devriez y aller en marchant. La voiture nous pousse souvent à acheter plus que ce qui est nécessaire.

Trop compliqué?

Voyons!

Advertisements

2 commentaires sur “Votre assiette et le zéro déchet (partie 1)

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :